Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sans nom...

Publié le par Sophie Assimans

Sans nom...

Depuis quelques jours, je perds la raison...

Ces douleurs qui hantent mes articulations

Me laissent bougon...

Je sais que rien ne sert d'en parler...

C'est concret pour celui qui la vit...

C'est abstrait pour celui qui l'entend...

Le dermatologue a écrit suspicion de "dermatomyosite"...

L'ophtalmo m'a dit, "vous avez besoin du plaquénil pour votre lupus"...

Et moi, je reste la patiente qui patiente...

Avec mes doutes, mes interrogations, et surtout mes douleurs...

J'attends quoi ?

J'attends que l'on me mette dans une case ???

J'attends que l'on me dise vos douleurs sont "légitimes" ???

Cela m'apaiserait-il ?

Bien sûr que oui...

Notre société a besoin d'un cadre...

Un nom de maladie pour être pris en charge sur le plan administratif ou financier...

Un diagnostic pour qu'un médecin vous écoute et vous propose de "l'aide"...

Cela "rassurerait" mes proches qui s'inquiètent...

Mais ce que j'ai appris depuis 8 ans, c'est que chaque nouveau symptôme entraîne le même processus...

Il me faut du temps pour apprendre à  l'accepter, le gérer, l'apprivoiser...

Personne ne peut savoir ce que l'on ressent,

Personne n'a envie de le savoir vraiment...

Voilà, ce que j'ai appris,

 Je n'espère ni n’attends rien...

Je dois apprendre seule à gérer chacun de ces symptômes...

Pourtant, un nom suffirait seulement à effacer les sarcasmes…

Éluder les questions vaines, éviter les consultations inutiles, limiter les discours stériles…

Un nom suffirait à aider le corps médical à avoir ce sentiment de prendre le contrôle sur ce que je ressens…

Chacun serait soulagé de mettre un nom sur ce que j'ai...

Il serait plus facile pour tous de trouver une raison à chacun de mes maux...

L'inconnu est "suspect", dérange ou effraie...

C'est ce que notre société a besoin... Contrôler !!!

J'ai appris à lâcher prise, j'ai appris à  ne pouvoir contrôler, je me suis libéré de la "peur"...

En fait, un nom suffirait, à me laisser en paix poursuivre le cours de ma vie…

Sans nom...

Commenter cet article